Article 15

REPAS OFFICIELS – BANQUETS

15.1 Préparation matérielle

a) La salle

II faut la choisir suffisamment grande pour pouvoir contenir tous les convives. Dans le cas « à éviter autant que possible » où la salle ne pourrait contenir tout le monde, il serait souhaitable que la salle supplémentaire soit très proche de la salle principale, que le menu soit bien évidemment identique, et qu’une sonorisation permette à ceux qui se trouvent dans la salle supplémentaire d’entendre les allocutions prononcées dans la salle principale.

b) Les tables

La table officielle : Selon la disposition des lieux, la capacité des tables et des habitudes locales, une ou plusieurs tables « officielles» peuvent être prévues. La répartition des convives entre plusieurs tables offre l’avantage de pouvoir offrir la présidence de celles-ci à diverses personnalités et de faciliter la conversation.

Plan de table : L’établissement d’un plan de table est nécessaire. Ce plan figurera sur un présentoir à l’entrée de la salle. Des cartons nominatifs seront mis à chaque place, notamment à la table officielle.

Le plan de table doit respecter les préséances officielles.

Si la disposition des lieux, la qualité respective des invités ou la présence de personnes que l’on doit honorer pour une raison particulière, amènent à ne pas respecter l’ordre de préséance, il faut, avant le repas, le faire savoir aux autorités ainsi « déclassées » en leur expliquant les raisons et en leur demandant d’excuser un tel choix.

Les femmes occupent en principe le rang de préséance de leur mari. Pour les femmes seules, il convient de donner la préséance aux femmes mariées sur les femmes divorcées et à ces dernières sur les femmes célibataires. Les veuves conservent le rang qu’elles occupaient du vivant de leur époux.

Les hommes et femmes sont alternés. Il faut d’abord placer les femmes, puis les hommes, tout en évitant de mettre les époux côte a côte.

Les convives peuvent être répartis entre les autres tables, par affinité, où selon tout autre critère, en fonction des habitudes locales.

Pour les aider, dans la recherche de la place qui leur est attribuée, les tables peuvent par exemple être baptisées d’un nom de bateau, de fleur, etc. et comporter une pancarte portant ce nom.

c) La sonorisation

Lors des repas officiels, des allocutions ou toasts sont généralement prononcés. Il faut qu’ils soient audibles de tous, surtout lorsque la salle est grande. Il y a donc lieu de prévoir une sonorisation particulièrement soignée qui devra être vérifiée avant le début du repas, (faire la balance).

d) Le restaurateur ou traiteur – Choix du menu – Le service

II faut obtenir du restaurateur ou du traiteur, selon le cas, un menu attractif et de qualité « les participants et les invités y sont très sensibles » mais à prix aussi bas que possible afin que tous les

amicalistes et leurs épouses puissent participer au repas sans que cela soit pour eux un sacrifice financier. Le souci de la qualité doit l’emporter sur la quantité.

Le banquet ne doit pas durer plus de deux heures trente, trois heures au grand maximum, surtout lorsqu’il y a des personnalités présentes. Pour l’obtenir il faut exiger du restaurateur ou du traiteur que les serveurs soient en nombre suffisant : un pour dix personnes ou quinze au maximum. Il faut absolument éviter que les convives de la table officielle aient fini un plat avant que celui-ci n’ait été servi à toutes les autres tables.

15.2 Déroulement du banquet

a) L’accueil

Les convives sont sensibles à l’accueil qui leur est réservé à leur arrivée dans la salle du banquet, particulièrement lorsqu’ils n’ont pas à chercher la place qui leur est réservée.

L’association organisatrice peut mettre en place un pool d’hôtesses d’accueil composé de femmes et de filles d’amicalistes, s’aidant par exemple d’un tableau avec les noms ou numéros de chaque tables comprenant les noms des participants, permettant ainsi à tous de pouvoir le consulter.

b) Les allocutions et les toasts

Voir l’Article 14.

c) Les chants et monologues

Lorsqu’ils ne sont pas vulgaires, ils peuvent agrémenter le banquet. Ils sont toutefois à éviter lorsque des autorités et personnalités officielles sont présentes, à moins que celles-ci, consultées au préalable n’y voient aucun inconvénient.

Des groupes folkloriques peuvent également se produire au cours d’un banquet. Leur prestation toutefois, comme celle des chanteurs et conteurs, ne doit intervenir que dans la deuxième partie du repas, après en tout cas que les allocutions aient été prononcées.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.