La chronique historique « signée Donec » : Une belle anecdote

La guerre est le moment où l’imaginaire le plus violent s’exprime envoyant par-dessus les moulins toute trace de civilisation

Pourtant à de rares occasions l’esprit chevaleresque  fait une petite apparition,  son auteur ne faisant pas la folie de s’en vanter

Ainsi le 20 décembre 1943, après un bombardement réussi sur Brème, le Boeing B17 F Ye  Old Pub piloté par le lieutenant Charles « Charlie » Brown avait été gravement endommagé par une douzaine de Messerschmitt 109 et Foke Wulf 190 de la Jagdgeschwader 1. Plusieurs moteurs touchés, circuits d’oxygène, d’hydrauliques, et électriques endommagés. La moitié de la gouverne de direction et la gouverne  de profondeur gauche arrachées.

« Ye olde Pub » avait été réduit à l’état d’épave qui ne tenait plus en l’air que par l’opération du Saint-Esprit… A l’agonie, la « Forteresse Volante » ne pouvait même plus se défendre n’ayant plus que trois mitrailleuses sur les 11 encore opérationnelles. La plupart des membres de l’équipage avaient de toute façon été blessée. L’as de la Luftwaffe Franz Stigler, aux commandes d’un Me 109 rejoignit alors le bombardier qui se trainaît vers la Grande-Bretagne. Voyant l’état du B-17, lui revinrent alors à l’esprit les paroles de son supérieur à la JG 27, Gustav Rödel en Afrique du Nord : « Vous êtes des pilotes de chasse aujourd’hui, demain, toujours. Si jamais j’apprends que l’un d’entre vous a attaqué un pilote en parachute, je le tuerai moi-même ». Stigler raconta plus tard : « pour moi c’est comme s’ils avaient été sous leur parachute, je ne pouvais pas les abattre ». Par deux fois Stigler essaya de faire comprendre à Brown de poser son avion endommagé sur un aérodrome allemand ou de se dérouter sur la Suède, pays neutre où ils auraient été internés pour le reste de la guerre. Mais ni Brown ni aucun membre de l’équipage ne comprirent ce que Stigler voulait signifier par signe.

L’Allemand continua à voler en formation serrée avec le « Ye Olde Pub » empêchant de fait la Flak de tirer sur le bombardier et l’escorta jusqu’à la côte.

Brown incertain des intentions réelles de Stigler, ordonna que la tourelle dorsale soit pointée vers le chasseur mais de ne pas ouvrir le feu, pour le mettre en garde.
Ayant compris le message et après s’être assuré que le bombardier avait quitté l’espace aérien allemand, Stigler salua et rentra à sa base. « Ye Olde Pub » parvint à voler jusqu’à Seething, base du 448th Bomb Group où Brown informa ses supérieurs de cette histoire lors de son débriefing.

Stigler de son coté ne fit aucun rapport sur cet incident (on s’en doute) sachant qu’épargner un ennemi lui aurait valu le peloton d’exécution.

Franz Stigler et Charlie Brown se sont rencontrés 40 ans plus tard et restèrent amis jusqu’à leur mort.

Répondre

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.