Cérémonies du mois de novembre 2020

Le 11 novembre 2020, le Major (er) Raymond ROSSI Vice-président National pour le département de Paris-I.D.F nous fait partager cet article en mémoire du grand père de Bernard ROUSSELOT (membre actif U.N.P.D.F. pour Paris-I.D.F)

Sur un champ de bataille, le Grand-Père de Bernard ROUSSELOT a peut-être sauvé la vie à Maximilien MOREL, puisqu’il était dans l’Artillerie et le Père de Jean-Pierre dans l’Infanterie de ligne (c’est à dire à l’époque les premiers à se faire massacrer), malgré le « ménage » fait auparavant par les artilleurs français qui préparaient le terrain avant l’assaut des fantassins de France.

Ne croyez pas que les artilleurs étaient plus à l’abri ou mieux lotis dans leurs tranchées puantes infestés d’excréments et de rats. 

Il arrivait souvent qu’avec leurs canons de 75, 90, 105mm (tractés à cheval), très lourds à manœuvrer et à court de munitions, les canonniers tiraient à « Hausse zéro, c’est à dire sans calcul de tir et à bout portant, oui, à bout portant sur les allemands qui avaient pour mission de prendre la position des français d’assaut.

(Le Grand-Père de Bernard est au milieu, suivre la flèche au-dessus de sa tête, au bout du fût du canon, moustache, bras dans les dos, jambes croisées)

Les 11 et 13 novembre 2020 : Cérémonies de la Réserve Citoyenne d’Ile de France, commémoration maintenue en comité restreint.

Le 11 novembre 2020 à Maisons-Laffitte : Dépôt de gerbe dans l’intimité (Vétérans U.N.P.D.F.)

En raison du contexte sanitaire actuel lié à la covid-19, qui interdit le rassemblement de plus de six personnes sur la voie publique, la cérémonie d’hommage du 11 novembre à Maisons-Laffitte, sur insistance de Mr Christian LALANNE, ancien Légionnaire, co-Président National des Vétérans OPEX-OPINT et référent U.N.P.D.F. pour le grand 78 a bien eu lieu.

Pas question pour Mr LALANNE, qu’un dépôt de gerbe en hommage à nos Poilus ne soit pas réalisé et le monument aux morts non pavoisé.

A noter que sur la gerbe, nos camarades de l’Association Vétérans OPEX-OPINT FRANCE en Région Ile de France, ont fait apposer 2 bandes :

  • Une pour l’U.N.P.D.F.
  • Une autre pour l’Association Vétérans OPEX-OPINT FRANCE.

Nouveauté cette année, Mr LALANNE a écrit :

Le rapprochement, tant souhaité, entre l’U.N.P.D.F. PARIS-I.D.F. et l’Association Vétérans OPEX-OPINT FRANCE en Région Ile de France, est concret et j’en suis personnellement heureux et fier.

Ce rapprochement ne peut être que bénéfique pour nos associations, car elles représentent simplement « des Patriotes » à notre Pays.

Notre force est d’être rassemblés pour porter nos couleurs et faire valoir nos droits, honorer nos anciens et les nouveaux combattants, avec nos drapeaux nationaux.

Je ne peux qu’être fier de ce travail, effectué sous l’égide de votre Vice-président Christian Rossi, et moi-même, avec l’accord de votre Président Mr Morel et de notre Président le Lt Colonel Lizak.

En ce 11 novembre 2020 sous un ciel couvert, à la commune de la VACQUERIE, notre Vice-président pour le département du Calvados (14), Franck Dufour a eu le plaisir de remettre l’insigne des Porte-Drapeau à notre Amis Parachutiste Eric LOSLIER délégué U.N.P.D.F. pour le département de la Manche (50).

Suite à sa demande l’O.N.A.C.V.G. lui a attribué cet insigne avec cinq années de reconnaissances.

En présence de Mr le Maire Délégué Michel GENEVIÈVE et des Anciens Combattants.

La chronique historique « signée Donec » : La bataille de l’Authion

Il y a 75 ans, en avril 1945, avait lieu au sud des Alpes, dans le massif de l’Authion à quelques encâblures de Nice l’ultime affrontement de la guerre. L’affrontement débute le 10 avril 1945. Pourtant le Rhin avait été franchi le 24 mars et le 30 avril Hitler mettait fin à son aventure criminelle. Les carottes étaient cuites. Quel intérêt cette ultime bataille ces morts inutiles ? Qu’allait chercher le Général de Gaulle dans cette aventure sachant que les Alliés ne voulaient pas modifier les frontières alpines pour complaire au nouveau maître de l’Italie, le Maréchal Badoglio.

Outre Tende et la Brigue, je soupçonnais le général de s’intéresser avec insistance aux vallées piémontaises. N’a-t-il pas déclaré aux cadres de l’armée réunis à Beaulieu-sur Mer le 9 avril 1945:

Messieurs je suis au courant des sacrifices que je vous demande. La campagne qui s’ouvre sera pénible, je le sais. Elle vous ouvrira les portes du Piémont et vous conduira au Tyrol … Nous voulons reconquérir les frontières naturelles de notre pays. J’ai confié cette mission à la 1ère D.F.L. Demain vous allez attaquer, Bonne Chance.

Pourquoi cette prestigieuse 1ere D.F.L. va-t4elle s’engager dans un tel combat, mal équipée, alors que son aventure prestigieuse la destinait à investir l’Allemagne.

Les cadres de la division sont amers et accusent le général De Lattre de Tassigny de s’être débarrassé d’eux à bon compte tout comme la 2ème DB envoyée soumettre la poche de Royan. Le fringant général leur reprochait d’être d’origine F.F.L.
 Cela dit le 10 avril les Français passent à l’offensive. Il est quatre heures du matin, nos soldats sont en tenue allégée, musette contenant un chandail, leurs munitions, les boîtes de ration « K ». Le pire de tout ce sont les chaussures à semelles de caoutchouc lisse inadaptées à la montagne.

Vont suivre jusqu’au 26 avril une succession de combats souvent meurtriers où nos marins vont se distinguer. A l’initiative du capitaine de corvette Roger Barberot nous avons déployé dans cette « montagne à vaches » de petits chars américains « Stuart » dont l’efficacité ne sera pas à démontrer.

Malheureusement pour nous après tant de sacrifices, le 29 avril la route de Turin nous était fermée par les alliés qui eux entrèrent en vainqueur dans la capitale du Piémont. La D.F.L. ne quitta pas la France. Quant à Tende et la Brigue dont la population plébiscitait un rattachement à la France elle dut encore attendre deux ans.

Concernant nos marins, un monument a été érigé par la F.A.M.M.A.C en 1962 sur la commune de Breil-sur-Roya.

Lettre éditoriale des mois de juillet-août 2020

Ces deux mois de vacances ont pu être profitables et relaxant pour certains, d’autres ont eu la peine d’apprendre que cette Covid-19 avait touché un de leurs proches voire eux même.

Notre président son Conseil d’Administration et son bureau vous assure de leur soutien moral avec beaucoup d’amitiés patriotiques, souhaitant à tous de garder la santé en vous protégeant le plus possible.

Nous nous devons de prendre des nouvelles de chacun, la communication est très importante pour le bien de tous, il n’y a pas que le devoir de mémoire, il y a aussi le devoir de fraternité et d’entraide.

Le 14 juillet 2020 alors que nous participions masqués aux cérémonies de la libération en comité restreint, nous avons appris un an après la Cathédrale Notre-Dame de Paris que la Cathédrale de Nantes avait subi à son tour un incendie, encore un feu inexplicable sur le moment, qui se révèlera quelques jours plus tard venir d’un ange assurément.

Prenons comme chaque mois, chers lecteurs, un instant de recueillement envers tous nos soldats, nos gendarmes, policiers, pompiers, sauveteurs en mer, Croix rouge Française qui nous protège, nos soignants qui sauvent des vies ainsi que nos familles, malades et défunts.

Un moment d’humour :

Dès le 7 Août notre président prenait la route suivi de monsieur Hugues AILLAUD Porte-drapeau National pour se rendre en la ville de Lubersac en Corrèze (19) afin de rejoindre notre délégué U.N.P.D.F départemental, monsieur André BOISDEVESY, secrétaire-trésorier porte-drapeau de l’A.N.A.I adjoint de monsieur Pierre BOBLET Vice-président U.N.P.D.F conseiller du Président.

Le 11 août à 10h30, quatorze Porte-drapeaux se rassemblèrent masqués devant l’Office du tourisme, malgré la Covid-19, pas moins de 50 personnes ainsi protégées étaient présentes, comprenant le nouveau maire monsieur Philippe GONZALEZ et ses élus, les anciens combattants, les habitants du village et des communes avoisinantes ; Ceci pour participer auprès du président local monsieur Jean JUGE à une cérémonie au monument aux morts en mémoire des Anciens Combattants d’Indochine.

Nous saluons et remercions monsieur le Colonel DOUSSEAUD présent comme chaque année, accompagné de sept Porte-drapeaux et de plusieurs adhérents de son association A.N.A.I Dordogne. Notre président Jean Claude MOREL, monsieur BOISDEVESY, monsieur Jean JUGE et monsieur le Maire GONZALEZ déposèrent une gerbe, suivi d’une minute de silence et de la Marseillaise chantée par tous. Après les remerciements aux Porte-drapeaux, le pot de l’amitié fut servi à quelques pas, au restaurant hôtel le Souham

Après deux semaines de repos au camping nos deux représentants Nationaux levèrent le camp. Leur périple les conduisit chez notre Vice-Président National du Finistère, le Capitaine Christian DURIEU, habitant Quimper, en passant au-dessus du magnifique pont de Saint Nazaire qui enjambe la Loire (fleuve). Après un entretien de coordination de 2 heures ils reprirent la route pour rejoindre la ville de Rostrenen (Côte d’Armor) ou les attendait notre délégué départemental André DAVERAT (adjoint du Capitaine DURIEU) et son épouse, après un accueil chaleureux ils prirent leurs quartiers, base de départ pour les futures cérémonies des trois jours suivants dirigées par notre Capitaine.

Le 24 Août, le Président Jean Claude MOREL accompagné du Porte-drapeau National Hugues AILLAUD et du Vice-président Christian DURIEU se sont rendus au monument au morts de la ville de Quimper en tant qu’invités à la cérémonie du dépôt de gerbe par le nouveau Préfet du Finistère Mr Philippe MAHE en présence du Vice-amiral d’escadre Jean-Louis LOZIER, commandant de la région maritime atlantique, préfet maritime de l’atlantique et des autorités civiles et militaires du départements du Finistère dont Mme le maire Isabelle ASSIH.

Philippe MAHE, le nouveau préfet du Finistère prend ses fonctions
Cliquer sur l’image pour retrouver l’article paru sur le site du Finistère

Le 25 Août, a l’initiative du Vice-président Christian DURIEU, le Président Jean Claude MOREL accompagné du Porte-drapeau National Hugues AILLAUD se sont rendus au cimetière du village de Pleyben (29) afin d’assister à une cérémonie en souvenir de Marcel BIZIEN mortellement touché par une balle ennemie place de la Concorde (75 Paris) le 25 août 1944.

Le Porte-drapeau National Hughes AILLAUD et notre Président Jean Claude MOREL
De g à d : brigadier-chef Mike, de la 2e brigade blindée du 501e régiment ; Christophe Cochu et Tiphaine Demairy, déléguée de la FDABCCC ; lieutenant Guillaume du 501e régiment, et Christian Durieu. Cliquer sur l’image ci-dessus pour retrouver l’article de presse paru sur le site du Télégramme.

Le 26 août monsieur G.P.S conduisit notre Président et notre Porte-drapeau National à Cormolain (Calvados 14) non loin des plages de débarquements, chez notre Vice-Président Franck DUFOUR et son épouse Françoise DUFOUR-LEVEN déléguée de notre Union Nationale afin de participer le 27 août 2020 à une réunion conventionnelle des Vice-présidents et délégués des départements du Finistère, de la Manche, du Calvados, de l’Eure, de Paris et d’Ile de France.

Le 27 août dès 9h du matin, après avoir pris un bon café avec croissanteries la réunion débuta pour se terminée à 12h45. En voici le déroulement :

Cliquer sur le texte pour l’agrandir
Cliquer sur le texte pour l’agrandir
Cliquer sur le texte pour l’agrandir
Cliquer sur le texte pour l’agrandir
Cliquer sur le texte pour l’agrandir
Cliquer sur le texte pour l’agrandir
Cliquer sur le texte pour l’agrandir
Cliquer sur le texte pour l’agrandir

Le 28 août, notre Union a organisé une cérémonie à Sainte-Mère-Eglise (50 Manche) en hommage aux libérateurs de ce village en 1944 au monument Signal.

Cliquer sur l’article pour vous rendre sur le site de la Manche Libre

Cette journée se termina par un recueillement sur le site du débarquement des alliés à Utah Beach.

Appel du Président :

J’invite tous les présidents d’associations d’anciens combattants, anciens militaires, quels qu’ils soient, tous les porte-drapeaux qui servent dignement la France, ceux qui ont servi la France, ceux des Ambassades, des Consulats, tous ceux et celles qui aiment et qui respectent notre Pays, tous ceux qui dans leur cœur sont patriotiques sans faire de religion ni de politique à nous rejoindre pour faire respecter l’honneur, les valeurs, la discipline de notre Patrie. Soyez fier et gardez tête haute car vous êtes l’esprit de notre Nation, de votre Nation. Respects, respects à tous.

Pensez à vous acquitter de votre cotisation de 20 € pour l’année 2020 et 2019 pour les retardataires (sous peine de radiation), celle-ci est obligatoire et nécessaire pour toutes vos démarches et demandes dont celles concernant la vitrine.

Pour votre information :

Vous pouvez nous aider en faisant un don de soutien, en retour nous vous fournirons un reçu de don (CERFA) pour déclaration au service des impôts. .

Veuillez envoyer votre courrier à notre siège social. Joignez le numéro de votre paiement dans votre correspondance. A la réception de votre paiement, nous vous ferons parvenir votre (ou vos) commande(s). Dans le cas d’un virement bancaire, demandez nous un IBAN.

Nous vous invitons toutes et tous à nous rejoindre en adhérent tout simplement à l’U.N.P.D.F. (cliquer sur le lien)

Les membres du bureau et du Conseil d’Administration vous adresse leurs fraternelles salutations et vous souhaite de passé une saison d’automne à l’abri de la pandémie de la Covid-19. Nous vous convions à nous suivre à nouveau lors de la prochaine lette éditoriale, en attendant prenez soin de vous.

La chronique historique « signée Donec » : Avoir la baraka

En 1962 la blessure que furent pour le peuple Pied-noir les « accords d’Evian » n’est pas prête de se refermer et certaines figures fanatiques ne vont pas manquer de le faire savoir au général de Gaulle sans prendre de gants.

A l’été 1962 le mal est fait et les dés jetés. Le général qui regardait loin au-dessus des têtes est tout à l’idée de propulser notre pays dans son rêve de grandeur, de la « force de frappe » à la construction de l’Europe. Pourtant tapis dans l’ombre et armés jusqu’aux dents, les nostalgiques de l’Empire guettaient. Ils reprochaient au général l’oubli de ses promesses et son « je vous ai compris ! »

Le colonel Jean Bastien-Thiry, homme brillant et scientifique de haut niveau avait une passion pour l’Algérie, son potentiel et la folie que représentait pour lui cet abandon. En cet été 1962 l’homme qui personnifie cette tragédie c’est Charles De Gaulle. Il doit payer le prix de ce renoncement.

Jean Bastien-Thiry sera la main de Dieu et elle frappera le 22 août 1962.

L’attentat est remarquablement organisé avec, cerise sur le gâteau une « taupe » à l’Elysée qui renseigne « les argousins d’Argoud » comme l’écrira le Canard Enchainé, sur les allées et venues du chef de l’Etat. Pourtant dans la réalisation des grains de sables viendront perturber son déroulement. Ce seront des signaux que la tombée du jour empêche d’apercevoir, des hommes qui se dégourdissent les jambes et retardent l’action. Sans oublier la chance insolente du général qui passe à travers les balles. Les victimes sont aussi servies par la conception de la DS Citroën qui avec deux pneus crevés conserve, imperturbable, sa trajectoire. A cet instant le général a dû se croire immortel.

De tous les protagonistes de l’affaire, seul le cerveau, le colonel Jean Bastien-Thiry sera passé par les armes devenant ipso facto le martyr de la cause auquel sa « famille » vouera un culte éternel.

Les années ont passées et aujourd’hui nos chères têtes blondes ne connaissent plus, à l’instar des élèves du lycée Papillon cher à Ray Ventura, ni De Gaulle, ni Vercingétorix, ni Napoléon pas plus que l’Algérie, L’Indochine et quelques autres contrées ingrates.