Lettre éditoriale du mois de mai 2019

Mois de mai, mois du muguet rempli de parfum, que de bouquets avons-nous reçu et nous même offert, donnant de la joie et des sourires à ceux que nous aimons.

Nous saluons nos amis de chaque Pays et des DOM-TOM, vous qui êtes fiers d’avoir servi et de servir encore avec honneur votre Patrie, nous vous apprécions n’hésitez pas à nous rejoindre.

Il est grand temps, pour les retardataires, de débourser le côut de votre cotisation 2019, voire celle de 2018 ! Nous vous prions de faire amende honorable par respect envers vos camarades adhérents dont la cotisation de 20 € est acquittée.

Pour ceux ayant adhéré entre septembre 2018 et mai 2019 votre cotisation est à jour.

La cotisation sert au bon fonctionnement de notre Union Nationale, achat de drapeaux et gerbes, matériels et fournitures de bureau, ainsi qu’à apporter notre aide à nos veuves, veufs, jeunes et anciens Porte-drapeaux patriote de France. Notre bénévolat ne nous impose pas de charge de locaux ni de salaires à verser.

Notre devoir est de mettre sans cesse à l’honneur nos Anciens Combattants, nos Porte-drapeaux et ceux qui servent loyalement et dignement la France et leurs Pays.

Tous les mois nous renouvelons nos vœux de reconnaissances envers nos soldats, gendarmes, policiers, pompiers, croix rouge française, sauveteurs en mer tous bénévoles, médecins, infirmiers (ères). Un grand respect et de vifs remerciements aux pilotes d’hélicoptères, de canadairs ; Un grand bravo de la part de nos lecteurs ainsi que nos adhérents pour votre dévouement au service de nos concitoyens.

Prenons à nouveau le temps de penser à nos blessés, nos handicapés, à ceux qui nous ont quittés, ceux que nous aimions, ne les oublions pas.

Un peu d’humour pour nous déstresser :

Le 1er Mai Comme chaque année, sur le terrain de notre président Jean Claude MOREL, sous la présidence de monsieur Christian BORRO, avait lieu la journée grillades de nos amis adhérents (et leurs épouses) parachutistes Var Est, Fréjus, Cannes. Ni pluie ni mistral ont perturbé cette superbe journée. Nous remercions nos amis paras pour leur aide au montage des barnums et plus particulièrement leur chef cuisinier (la popote ça compte beaucoup et l’apéro avec modération également). Et vive le Mess !

Le 7 mai à 11h00, sur invitation de monsieur le Préfet du Var, Jean Luc VIDELAINE, Monsieur le Maire de Fréjus David RACHLINE, monsieur Pierre MONJAL, Président Régional de l’Association Nationale des Anciens Prisonniers-Internés-Déportés d’Indochine, monsieur Christian BORRO Président Var-Est de l’Union Nationale des parachutistes, notre Président, les membres du bureau, notre Porte-drapeau Hugues AILLAUD assistaient aux côtés de nos camarades au mémorial des guerres en Indochine de Fréjus à la commémoration du 65e anniversaire de la bataille de Diên Biên Phu.

Le 8 mai, 74e anniversaire de l’Armistice : Sur invitation de monsieur le Maire Frédéric MASQUELIER et son conseil municipal de Saint Raphaël, notre secrétaire national Laurent BRUNO et Marc NINO notre trésorier national ont représenté l’U.N.P.D.F.†

Ville de Fréjus
74e anniversaire de l’Armistice de 1945 : Le devoir de mémoire

Notre Porte-drapeau ainsi que notre Président et nos amis parachutistes étaient en la ville de Bargemon (83 Var) où ils ont défilé dans les rues abondamment décorées de bleu, blanc, rouge à bord de Jeeps, Dodges, engins militaires, traction avant aux couleurs FFI arborant les drapeaux de chaque pays ayant libéré le village. Puis cérémonie au monument aux Morts.  Monsieur le Maire fît son discours entouré de ses adjoints, de son conseil municipal, des pompiers, de la gendarmerie, des enfants de l’école et leurs maitresses, des parents, des habitants et des Présidents d’associations diverses, tout comme les présidents désignés, il déposa une gerbe; Après une minute de silence s’en suivi la Marseillaise chantée par tous. Monsieur le Maire termina cette cérémonie par le verre de l’amitié suivi d’un repas offert aux anciens combattants et militaires restants.

Le 27 mai, notre secrétaire national Laurent BRUNO et Marc NINO notre trésorier national ont assisté à la cérémonie en hommage à Jean MOULIN, devant la stèle près du cimetière A KARR à Saint Raphaël (Var 83).

Le 29 mai, notre Secrétaire National Laurent BRUNO et Marc NINO notre Trésorier National ont assisté à la commémoration du 68eme anniversaire des combats de NINH BINH (ville du nord Viêt Nam) au mémorial des Guerres en Indochine à Frejus (Var 83).

Cérémonies patriotiques : le Capitaine René Blazy honoré, les combats de Ninh Binh commémorés.

Appel du Président :

J’invite tous les présidents d’associations d’anciens combattants, anciens militaires, quels qu’ils soient, tous les porte-drapeaux qui servent dignement la France, ceux qui ont servi la France, ceux des Ambassades, des Consulats, tous ceux et celles qui aiment et qui respectent notre Pays, tous ceux qui dans leur cœur sont patriotiques sans faire de religion ni de politique à nous rejoindre pour faire respecter l’honneur, les valeurs, la discipline de notre Patrie. Soyez fier et gardez tête haute car vous êtes l’esprit de notre Nation, de votre Nation. Respects, respects à tous.

Pour votre information :

Veuillez envoyer votre courrier à notre siège social. Joignez le numéro de votre paiement dans votre correspondance. A la réception de votre paiement, nous vous ferons parvenir votre (ou vos) commande(s). Dans le cas d’un virement bancaire, demandez nous un IBAN.

Vous pouvez nous aider en faisant un don de soutien, en retour nous vous fournirons un reçu de don (CERFA) pour déclaration au service des impôts.

Nous vous invitons toutes et tous à nous rejoindre en adhérent tout simplement à l’U.N.P.D.F. (cliquer sur le lien)

Les membres du bureau ainsi que le conseil d’administration vous souhaitent à toutes un bon mois de Juin et vous convient à les suivre à nouveau lors de la prochaine lettre éditoriale .

La chronique historique « signée Donec » : Les filles prennent le pouvoir

vers 1914 les filles étaient reléguées à des postes subalternes et sans avenir. Pour lever la tête hors de l’eau elles devaient être d’une trempe exceptionnelle à l’image de Nicole Girard-Mangin, médecin, maîtresse-femme et …suffragette.

D’origine meusiennne, Nicole MANGIN naît à Paris en 1878. A 18 ans elle entame des études de médecine et se marie deux ans plus tard avec André Girard négociant en vin fortuné. Elle travaille d’abord avec son mari mais en 1903, lasse de compter les bouteilles revient à la médecine. Elle présente sa thèse sur les poisons cancéreux en 1906. En 1914 la voilà au dispensaire de Beaujon.

Quand la guerre éclate, elle ne barguigne pas avec le patriotisme et s’engage. L’armée qui pense avoir affaire à Gérard MANGIN l’envoie comme médecin-auxiliaire à l’hôpital de Bourbonne-les-Bains. Bien en peine de se trouver un uniforme, elle en confectionne un en s’inspirant des femmes médecins britanniques.

Voulant se rapprocher de l’action, elle permute avec un confrère et s’installe à Reims. Elle accomplit son sacerdoce avec rigueur, fermeté et une infinie compassion. Pourtant au début de l’année 1916 mutée à Vacherauville dans un hôpital de campagne à quelques kilomètres de Verdun rien ne lui sera épargné. Femme, on lui interdit l’accès de l’hôpital. Mais son autorité, son charisme, sa compétence ne se discutent pas. Elle se rend indispensable.

Le 21 février 1916, désemparée, elle assiste à la déroute française. Le 25 février l’évacuation est ordonnée, il reste 9 blessés intransportables, elle décide de rester avec eux. Pendant deux nuits, elle connaît l’angoisse avant de ramener quatre des plus atteints à Clermont-en-Argonne, avec son chauffeur. Au cours du détour par Sivry-la-Perche, elle est légèrement touchée par un fragment de mica. Elle parvient à déposer ses patients à Froidos et repart à Bar-le-Duc où sont encore les cinq autres, en pleine zone de combat. Pour ce fait d’armes, elle est promue médecin-major en 1916.

On lui confie alors la direction de l’hôpital-école Edith Cavell à Paris où sont formées les infirmières auxiliaires.

Après la guerre, la terrible épidémie de grippe espagnole se déclare faisant des victimes par milliers. Nicole Girard-Mangin est à nouveau à la manœuvre ferraillant avec l’administration pour donner le meilleur à ses malades.

Elle disparaît il y a juste un siècle, le 6 juin 1919 pour avoir absorbé une trop forte dose de médicaments dans des circonstances qui restent troubles.

Lettre Editoriale du mois d’avril 2019

Mois d’Avril ne te découvre pas d’un fil

Joli mois de Mai apporte nous du muguet.

Pas de chance toujours du temps mauvais sous toutes ses formes.

Liberté chérie que deviens-tu ? Nos anciens ni comprennent plus rien !

Gardons en nous cette camaraderie de nos vingt ans, cette capacité à aider notre voisin et ami lors des jours difficiles. Soyons reconnaissant et remercions nos soldats, pompiers, gendarmes, policiers, tous ceux qui protègent et sauvent des vies. Pensons à tous ceux qui nous ont quittés et que nous aimions.

Voyez et souvenez-vous de la bravoure de nos deux premiers maîtres du commando Hubert, Cédric de PIERREPONT et Alain BERTONCELLO victimes de leurs devoirs au service de la France, ils ont donné leur vie afin de libérer des otages ! Les porte-drapeaux les saluts et s’inclinent respectueusement tout en donnant leurs sincères condoléances à leurs familles. Remercions et félicitons leurs camarades pour leur intervention et leur courage.

Un peu d’humour afin de retrouver la maitrise de nos pensées :

Dès le 4 avril notre président ainsi que notre Porte-drapeau National Hugues AILLAUD assistaient en la ville de Saint Paul en Forêt dans le Var (83) à l’Assemblée Générale de l’association U.F.A.C présidée par monsieur Philippe VIZIER ; Cette Assemblée Générale, comme chaque année, a été superbement menée dans les règles de l’art, respectant la loi de 1901 faite pour les associations ; Soixante-dix personnes étaient présentes, citons la présence de monsieur le maire Nicolas MARTEL ainsi que celle de monsieur le président départemental de l’U.F.A.C Michel BLATY Président des Anciens Combattants du Beausset dans le Var (83). Aux termes de l’assemblée les participants se sont rendus au monument aux morts afin de participer à un dépôt de gerbes, suivi d’une minute de silence et du chant de la Marseillaise puis comme chaque année cette assemblée s’est conclue par un pot buffet républicain « avec modération ! »

Le 6 avril dès huit heures du matin, les membres du bureau U.N.P.D.F. accompagnés du Porte-drapeau Hugues AILLAUD prenaient la route en direction de Perpignan pour mettre en place à Rivesaltes en l’hôtel des Vignes son Conseil d’Administration. Nous tenons sincèrement à remercier messieurs René Tillet et Jean Pierre Blanc, tous deux vice-présidents pour avoir pendant un an organisé cette superbe Assemblée Générale. Nous remercions également le domaine de Rombeau, son directeur ainsi que son personnel.

Article paru le 18 avril 2019 dans l'Indépendant
Article paru le 18 avril 2019 dans l’Indépendant

Le 7 avril au matin dès neuf heures, un petit déjeuner accueillait les participants civils et militaires, le pointage de chacun et le comptage des pouvoirs se sont déroulés selon les statuts et ont permis de commencer l’Assemblée Générale dans de bonnes conditions, sous la devise Honneur-Patrie-Fraternité.

Après les remerciements aux personnes présentes le président proposa à l’assemblée de voter pour ou contre la nomination de sept nouveaux Vice-présidents :

  • Monsieur Jean Pierre PARENT pour le département de l’Aisne (02)
  • Monsieur Jean Pierre BICAIL pour le département des Alpes maritimes (06)
  • Monsieur Gérard MOTOT pour le département des Bouches du Rhône (13)
  • Monsieur Franck DUFOUR pour le département du Calvados (14)
  • Monsieur Michel COMITTE pour le département du Loiret (45)
  • Monsieur Djamel BOUABDELLAH pour le département des Pyrénées Atlantique (64)
  • Monsieur Raymond ROSSI pour les départements de Paris (75), des Yvelines (78) et de l’Ile de France

Ainsi que de trois nouveaux délégués adjoints aux vice-présidents

  • Monsieur Marc BENREDJEM pour le département du Morbihan (56) adjoint de monsieur le Capitaine DURIEU
  • Madame DUFOUR-LEVEN pour le département du Calvados (14) adjointe de monsieur Franck DUFOUR
  • Monsieur Jean-Jacques GOUDEMAND pour le département de Somme (80) adjoint de monsieur SAGEOT

Ces nominations ont été acceptées à l’unanimité.

Rapport comptable par Mr Marc NINO :

Le bilan financier de 2018 fait apparaitre en fin d’année une réduction de nos avoirs de 683€ provenant de nos investissements en matériel informatique, frais postaux, imprimerie, barnum pour réception de diverses associations du monde combattant et des armées. Nos comptes demeurent maitrisés et nous permettent de poursuivre convenablement nos actions futures. Il va de soi que sans investissement, notre Union Nationale ne serait pas à la hauteur des engagements dictés par notre ex-président d’honneur, monsieur Daniel Denicourt.

Nos comptes ont été certifiés exacts par monsieur René Bonnefoi trésorier de l’amicale des marins de Nice et quitus fut demandé, suivi d’une acceptation à l’unanimité.

Nous vous en faisons partager à présent les comptes rendus (Cliquer sur chaque lien ci-dessous pour les consulter).

Procès Verbal (CR) de l’A.G. du 07 Avril 2019 ; Rapport Moral du président 2019 ; Rapport de la commission de contrôle ;

En ce qui concerne le rapport d’activités 2018 je vous invite à revivre celui-ci en revisitant la page de notre site unpdf.fr Lettre éditoriale du mois d’avril 2018 et bien sûr toutes les lettres éditoriales mensuelles.

Le dimanche 28 avril notre nouveau Porte-drapeau National Hugues AILLAUD ainsi que les membres du bureau assistaient aux cérémonies en mémoire des Déportés en les villes de Fréjus et Saint Raphaël dans le var (83). Notre président Jean Claude Morel, fils et petit-fils de Déportés Internés Résistants Morts pour La France, s’est fait un honneur d’être parmi les familles d’Anciens Déportés.

Appel du Président :

J’invite tous les présidents d’associations d’anciens combattants, anciens militaires, quels qu’ils soient, tous les porte-drapeaux qui servent dignement la France, ceux qui ont servi la France, ceux des Ambassades, des Consulats, tous ceux et celles qui aiment et qui respectent notre Pays, tous ceux qui dans leur cœur sont patriotiques sans faire de religion ni de politique à nous rejoindre pour faire respecter l’honneur, les valeurs, la discipline de notre Patrie. Soyez fier et gardez tête haute car vous êtes l’esprit de notre Nation, de votre Nation. Respects, respects à tous.

Pour votre information :

Veuillez envoyer votre courrier à notre siège social. Joignez le numéro de votre paiement dans votre correspondance. A la réception de votre paiement, nous vous ferons parvenir votre (ou vos) commande(s). Dans le cas d’un virement bancaire, demandez nous un IBAN.

Vous pouvez nous aider en faisant un don de soutien, en retour nous vous fournirons un reçu de don (CERFA) pour déclaration au service des impôts. .

Nous vous invitons toutes et tous à nous rejoindre en adhérent tout simplement à l’U.N.P.D.F. (cliquer sur le lien)

Les membres du bureau ainsi que le conseil d’administration vous souhaitent à toutes et à tous d’avoir passé un bon mois d’Avril et vous convient à les suivre à nouveau lors de la prochaine lettre éditoriale.

Cérémonies du mois d’avril 2019

Le 07 Avril, lors de l’A.G. de l’U.N.P.D.F.

Remise de la médaille Porte-drapeau Patriote de France à Mr Jean Marie Assié

Inspiré de l’article publié le 12/04/2019 dans le Midi Libre et rédigé par le Vice-président National Francis Cathala pour le département de l’Hérault (34)

La Chancellerie de l’Union nationale des porte-drapeaux de France (U.N.P.D.F.) a été saisie du dossier de Jean Marie Assié, qui justifie d’une longévité exceptionnelle de 46 ans dans la fonction de porte-drapeau, accomplie à l’U.N.C. de Juvignac (Hérault 34). Pour lui manifester sa reconnaissance, elle l’a invité à être présent lors de la réunion d’Assemblée Générale qui s’est déroulée à Rivesaltes (Pyrénées-Orientales 66), dimanche dernier. Avant de lui remettre la médaille de porte-drapeau patriote de France de l’association, le président, Jean Claude Morel, ancien de la Marine Nationale, n’a pas manqué de faire l’éloge du récipiendaire, ancien blessé de guerre à deux reprises, aujourd’hui octogénaire, en soulignant sa fidélité au mouvement patriotique et surtout en le remerciant du temps qu’il consacre à porter fièrement le drapeau national lors des cérémonies commémoratives. C’est le député de la circonscription, Romain Grau, qui a accroché la médaille en le félicitant chaleureusement, puis Paul Batut, son ami président de l’U.N.C. de Juvignac, lui a remis son diplôme consacrant ainsi son appartenance à l’U.N.P.D.F. La cérémonie s’est achevée par le banquet traditionnel au cours duquel l’heureux médaillé a pu faire part de son émotion et sa fierté d’avoir été ainsi honoré par une institution nationale qui perpétue le devoir de mémoire et le respect aux couleurs de la patrie.

Le jeudi 11 avril 2019, Mr Raymond Rossi, Vice-président National pour les départements des Yvelines, de Paris et d’Ile de France, était présent avec trois membres de l’U.N.P.D.F. composant son bureau local (Voir la photo ci-dessous), au ravivage de la Flamme, en mémoire de tous les déportés disparus dans les camps ou décédés depuis leur retour. En Présence de l’orchestre d’harmonie et de la batterie-fanfare des Gardiens de la Paix de la Préfecture de Police de Paris. En réponse à l’invitation de la Fédération des Déportés et Internés, Résistants et Patriotes en partenariat avec l’Association Française Buchenwald Dora et kommandos, tous les Porte-drapeaux et Présidents d’associations de Paris et d’Ile de France présent, ont participé à cette commémoration de la libération du camp de Buchenwald le 11 avril 1945, devenue symbole de la libération de tous les camps de concentration nazis de répression.

De gauche à droite : Raymond Rossi dit « Tino » – Daniel Bourgeois – Bernard Rousselot – Joli Balzac

La chronique historique « signée Donec » : Helie Dunoix de Saint Marc

Le siècle passé ne manque pas de personnages hauts en couleur qui se sont plus ou moins brisé les os lors des tragédies qui le jalonnèrent. Hélie de Saint Marc, belle figure de condottiere fut de ceux-là.

Je viens de terminer sa biographie « d’honnête homme », une vie d’aventurier qui traverse le siècle des totalitarismes. Il s’était adolescent jeté à corps perdu dans la résistance, déporté à Buchenwald, c’est un miracle qu’il ait retrouvé son bordelais natal. Mais le pays qu’il redécouvre ne lui convient plus. Il n’a pas le goût de la vie petite bourgeoise des « trente glorieuses ». Il entre à Saint-Cyr et intègre la Légion. Ce sera la grande affaire de sa vie. L’Empire français jette ses derniers feux mais sa déconfiture allait être particulièrement cruelle. Pourtant dans ces années d’après-guerre tous croient encore en la grandeur retrouvée de notre pays.

« Adieu vieille Europe », Il embarque pour l’Indochine .

Affecté à la surveillance de la mythique route coloniale numéro 4 dont le rôle sera avant tout de faire fondre les effectifs et de boire le sang des hommes, Il est immédiatement fasciné par le peuple vietnamien. Il se mêle aux populations locales, apprend la langue…et découvre le communisme tel qu’on le parle. Derrière le romantisme et la fraternité se dissimule un régime impitoyable sans la moindre considération pour l’Homme.

Vue de France, c’est la « sale guerre », celle que mènent le grand capital et ses séides contre le gentil peuple indochinois. Pourtant toute honte bue, la France abandonnera ces populations. Nous pouvons imaginer le choc que cette attitude provoquera chez tous ces jeunes officiers qui croyaient dur comme fer à leur mission civilisatrice et à leur croisade anticommuniste.

Après le Viet-Nam c’est en Algérie qu’il va mener un nouveau combat mais avec d’autre perspectives, après tout « l’Algérie n’est-elle pas la France ? » . Les discussions avec les Pieds-Noirs passionnés sont sans fin. Comme l’écrit notre condottiere « En considérant jusqu’à l’aveuglement que l’aide de la nation française était un dû, ils ont bloqué les réformes ». La guerre révolutionnaire menée par le FLN, la mise au ban des nations de notre pays, le réalisme du général de Gaulle porté vers d’autres objectifs et l’opposition du peuple de France à cette guerre vont déboucher sur le terrible exode de 1962. Pour Helie Dunoix de Saint Marc ça ne passe pas . Comment abandonner des populations entières à commencer par nos supplétifs, les harkis, aux couteaux des justiciers du FLN ?

Bien entendu l’aventure de notre héros se terminera devant un juge d’instruction vaniteux s’imaginant interroger un de ces officiers, partisans ambitieux et fanatiques. Il avait en face de lui un lecteur de Camus.
-« Je préfère finir fusillé dans un fossé de Vincennes plutôt que de continuer ce métier de parjure ! »

Le verdict tombe : 10 ans de réclusion criminelle. Il sera libéré en 1966. Les années passant, les honneurs ne lui seront pas ménagés, chaque président de la République ayant à cœur de révérer un homme digne de tout notre respect.