La chronique historique « signée Donec » : Autopsie d’un crash

Le transport aérien est aujourd’hui extrêmement sûr. Il est même souvent nécessaire de donner un petit coup de missile pour que l’avion s’écrase. Nos amis russes ou iraniens maîtrisent parfaitement le sujet.

Il n’en était pas de même dans les années cinquante où les Dakota et autres SE161 Languedoc  n’hésitaient jamais à écrabouiller leurs passagers.

Ainsi le 3 mars 1952 le Languedoc d’Air France de la ligne Nice-Paris est venu terminer sa course (et celle de ses passagers) dans une orangeraie à deux pas de l’avenue Saint-Augustin non sans avoir rasé le palmier qui ornait la cour de mon immeuble niçois.

Le SNACASO Languedoc  était une de ces machines conçues à la veille de la guerre et passablement dépassées en 1946. Pourtant afin d’entretenir la capacité de production de notre industrie aéronautique une chaîne de montage fut relancée en 1945. Sa mise en service souffrit de maux récurrents dont la fragilité du train d’atterrissage n’était pas le moindre. Quand on connait la modernité du matériel américain de cette époque on se doute que le Languedoc était difficilement vendable. L’Etat l’imposa donc à des compagnies sur lesquelles il avait la main, à commencer par Air France qui le destina à des lignes intérieures. Mais son remplacement par des Douglas DC4 ne tarda pas.

Le 3 mars au matin notre Languedoc décolle de l’aéroport de Nice mais au lieu de poursuivre vers la baie des Anges, il vire sur les collines, survole le quartier de la Madeleine et va s’écraser dans l’orangeraie tout à côté des studios de la Victorine. Une explosion formidable retentit et immédiatement l’avion se transforme en brasier. Il est 9h05. Des 38 passagers et de l’équipage il n’y a qu’une seule survivante, atrocement brûlée, la danseuse classique Marguerite Delpy. Comble de malchance l’ambulance qui la transportait se renverse rue Notre Dame faisant deux autres blessés graves.
Il s’avéra après enquête que la cause du drame était un aileron défectueux.

Parmi les miraculés qui ont eu la bonne idée de rater l’avion, il y a le prestigieux général Corniglion-Molinier, compagnon de la libération et ci-devant député des Alpes-Maritimes. Il avait été refusé à l’embarquement faute de place.

Lettre éditoriale des mois de septembre, octobre, novembre 2020

Les mois se suivent et se ressemblent, la Covid-19 n’aura pas cessé de tourner autour de nous et même d’atteindre malheureusement nombres d’êtres humains.

Combien d’entre nous seront encore infectés, combien d’entre nous ne survivrons pas ? où et vers qui placer notre confiance ? Hélas nous ne pouvons le dire, c’est pourquoi chers amis, chers adhérents, nous vous conseillons de vous protéger par tous les moyens dont vous disposez.

Recueillons-nous un instant, comme à chaque fois, afin d’avoir une pensée pour nos malades actuellement en traitement, mais aussi pour ceux partis trop tôt. Vous pouvez lire l’article de dernière minute sur notre hommage à l’ancien Président de la république, Valéry Giscard d’Estaing.

Remercions nos médecins, infirmiers(ères), Policiers(ères), gendarmes, militaires, la Croix Rouge Française, les sauveteurs en mer et tous ces volontaires sauvant des vies.

Ce mois-ci, retrouvez l’activité et les articles de nos différents Vice-présidents à travers notre bulletin d’informations du mois de novembre 2020

Un peu d’Humour :

Au mois de septembre nous étions comme au bord d’un lac ou d’un fleuve tranquille, tenant en main une canne à pêche en surveillant le bouchon, hélas pas une touche, pas une seule cérémonie importante nous a de nouveau réuni. Lorsque tout de même une cérémonie s’est produite, ce fut en comité restreint et personnes désignées.

Nous avons fait vérifier les comptes 2019 de notre association le 30 octobre 2020 par notre vérificateur René BONNEFOI trésorier de l’amicale des marins de Nice, Porte-drapeau de la Fédération des Marins Marins Anciens Combattants Sud Est France, ceux-ci (y compris ceux de 2020) seront présentés en Assemblée Générale si possible au mois d’avril 2021.

Nous assisterons donc à deux Assemblées Générales à Saint Raphaël (Var 83), nous demandons à nos Vice-présidents de faire le nécessaire pour y être présent, exception faite aux Administrateurs résidants dans les DOM-TOM (frais important).

Le 11 octobre notre Président Jean Claude MOREL accompagné de notre Porte-drapeau National Hugues AILLAUD s’est rendu à Perpignan pour prendre livraison des archives de la Confédération Européenne des Anciens Combattants France, suite au décès de son Président. Notre Président, qui en était également le vérificateur aux comptes et toujours en est le Porte-drapeau a été élu Président de la C.E.A.C.F. nouvellement nommée par la Sous-Préfecture de Draguignan (Var 83) : A.E.A.C.F.  (Association Européene des Anciens Combattants Français)

Le 25 octobre 2020, nos deux compères assistaient à l’Assemblée Générale restreinte de l’Amicale des Marins Marins Anciens Combattants de Cagnes en la maison de la mer sise à Cagnes sur Mer (06 Alpes Maritimes) sous la présidence de monsieur Jean Jacques DON MARINO, également Président de l’Amicale des Marins Marins Anciens Combattants de Nice.

Notons la présence de monsieur Robert BOUTIN F.A.M.M.A.C délégué régional P.A.C.A, monsieur Yves ROGER délégué départemental F.A.M.M.A.C Alpes Maritimes (06), monsieur le Capitaine de Frégate Olivier TROY, monsieur le maire adjoint Bernard Songy, ainsi que madame la députée Laurence TRASTEUR.

Une minute de silence fut respectée en mémoire des victimes et sinistrés de la Vallée de la ROYA.

Appel du Président :

J’invite tous les présidents d’associations d’anciens combattants, anciens militaires, quels qu’ils soient, tous les porte-drapeaux qui servent dignement la France, ceux qui ont servi la France, ceux des Ambassades, des Consulats, tous ceux et celles qui aiment et qui respectent notre Pays, tous ceux qui dans leur cœur sont patriotiques sans faire de religion ni de politique à nous rejoindre pour faire respecter l’honneur, les valeurs, la discipline de notre Patrie. Soyez fier et gardez tête haute car vous êtes l’esprit de notre Nation, de votre Nation. Respects, respects à tous.

Pensez à vous acquitter de votre cotisation de 20 € pour l’année 2020 et 2019 pour les retardataires (sous peine de radiation), celle-ci est obligatoire et nécessaire pour toutes vos démarches et demandes dont celles concernant la vitrine.

Pour votre information :

Nous vous informons de la nomination de notre Président Jean Claude MOREL, au poste de Président par intérim de la Confédération Européenne des Anciens Combattants et Militaires. Si vous êtes titulaire de la carte du combattant et ou du TRN, vous pouvez prétendre à l’obtention de la croix du combattant de l’Europe et son diplôme au nom de la C.E.A.C. , en vous adressant à notre siège social.

Vous pouvez nous aider en faisant un don de soutien, en retour nous vous fournirons un reçu de don (CERFA) pour déclaration au service des impôts. .

Veuillez envoyer votre courrier à notre siège social. Joignez le numéro de votre paiement dans votre correspondance. A la réception de votre paiement, nous vous ferons parvenir votre (ou vos) commande(s). Dans le cas d’un virement bancaire, demandez nous un IBAN.

Nous vous invitons toutes et tous à nous rejoindre en adhérent tout simplement à l’U.N.P.D.F. (cliquer sur le lien)

Les membres du bureau et du Conseil d’Administration vous adresse leurs fraternelles salutations et vous souhaite de passé de bonnes fêtes de fin d’année malgré le contexte de la Covid-19.

Nous vous convions à nous suivre à nouveau l’année prochaine lors de la prochaine lette éditoriale, en attendant prenez soin de vous.

Cérémonies du mois de novembre 2020

Le 11 novembre 2020, le Major (er) Raymond ROSSI Vice-président National pour le département de Paris-I.D.F nous fait partager cet article en mémoire du grand père de Bernard ROUSSELOT (membre actif U.N.P.D.F. pour Paris-I.D.F)

Sur un champ de bataille, le Grand-Père de Bernard ROUSSELOT a peut-être sauvé la vie à Maximilien MOREL, puisqu’il était dans l’Artillerie et le Père de Jean-Pierre dans l’Infanterie de ligne (c’est à dire à l’époque les premiers à se faire massacrer), malgré le « ménage » fait auparavant par les artilleurs français qui préparaient le terrain avant l’assaut des fantassins de France.

Ne croyez pas que les artilleurs étaient plus à l’abri ou mieux lotis dans leurs tranchées puantes infestés d’excréments et de rats. 

Il arrivait souvent qu’avec leurs canons de 75, 90, 105mm (tractés à cheval), très lourds à manœuvrer et à court de munitions, les canonniers tiraient à « Hausse zéro, c’est à dire sans calcul de tir et à bout portant, oui, à bout portant sur les allemands qui avaient pour mission de prendre la position des français d’assaut.

(Le Grand-Père de Bernard est au milieu, suivre la flèche au-dessus de sa tête, au bout du fût du canon, moustache, bras dans les dos, jambes croisées)

Les 11 et 13 novembre 2020 : Cérémonies de la Réserve Citoyenne d’Ile de France, commémoration maintenue en comité restreint.

Le 11 novembre 2020 à Maisons-Laffitte : Dépôt de gerbe dans l’intimité (Vétérans U.N.P.D.F.)

En raison du contexte sanitaire actuel lié à la covid-19, qui interdit le rassemblement de plus de six personnes sur la voie publique, la cérémonie d’hommage du 11 novembre à Maisons-Laffitte, sur insistance de Mr Christian LALANNE, ancien Légionnaire, co-Président National des Vétérans OPEX-OPINT et référent U.N.P.D.F. pour le grand 78 a bien eu lieu.

Pas question pour Mr LALANNE, qu’un dépôt de gerbe en hommage à nos Poilus ne soit pas réalisé et le monument aux morts non pavoisé.

A noter que sur la gerbe, nos camarades de l’Association Vétérans OPEX-OPINT FRANCE en Région Ile de France, ont fait apposer 2 bandes :

  • Une pour l’U.N.P.D.F.
  • Une autre pour l’Association Vétérans OPEX-OPINT FRANCE.

Nouveauté cette année, Mr LALANNE a écrit :

Le rapprochement, tant souhaité, entre l’U.N.P.D.F. PARIS-I.D.F. et l’Association Vétérans OPEX-OPINT FRANCE en Région Ile de France, est concret et j’en suis personnellement heureux et fier.

Ce rapprochement ne peut être que bénéfique pour nos associations, car elles représentent simplement « des Patriotes » à notre Pays.

Notre force est d’être rassemblés pour porter nos couleurs et faire valoir nos droits, honorer nos anciens et les nouveaux combattants, avec nos drapeaux nationaux.

Je ne peux qu’être fier de ce travail, effectué sous l’égide de votre Vice-président Christian Rossi, et moi-même, avec l’accord de votre Président Mr Morel et de notre Président le Lt Colonel Lizak.

En ce 11 novembre 2020 sous un ciel couvert, à la commune de la VACQUERIE, notre Vice-président pour le département du Calvados (14), Franck Dufour a eu le plaisir de remettre l’insigne des Porte-Drapeau à notre Amis Parachutiste Eric LOSLIER délégué U.N.P.D.F. pour le département de la Manche (50).

Suite à sa demande l’O.N.A.C.V.G. lui a attribué cet insigne avec cinq années de reconnaissances.

En présence de Mr le Maire Délégué Michel GENEVIÈVE et des Anciens Combattants.

La chronique historique « signée Donec » : La bataille de l’Authion

Il y a 75 ans, en avril 1945, avait lieu au sud des Alpes, dans le massif de l’Authion à quelques encâblures de Nice l’ultime affrontement de la guerre. L’affrontement débute le 10 avril 1945. Pourtant le Rhin avait été franchi le 24 mars et le 30 avril Hitler mettait fin à son aventure criminelle. Les carottes étaient cuites. Quel intérêt cette ultime bataille ces morts inutiles ? Qu’allait chercher le Général de Gaulle dans cette aventure sachant que les Alliés ne voulaient pas modifier les frontières alpines pour complaire au nouveau maître de l’Italie, le Maréchal Badoglio.

Outre Tende et la Brigue, je soupçonnais le général de s’intéresser avec insistance aux vallées piémontaises. N’a-t-il pas déclaré aux cadres de l’armée réunis à Beaulieu-sur Mer le 9 avril 1945:

Messieurs je suis au courant des sacrifices que je vous demande. La campagne qui s’ouvre sera pénible, je le sais. Elle vous ouvrira les portes du Piémont et vous conduira au Tyrol … Nous voulons reconquérir les frontières naturelles de notre pays. J’ai confié cette mission à la 1ère D.F.L. Demain vous allez attaquer, Bonne Chance.

Pourquoi cette prestigieuse 1ere D.F.L. va-t4elle s’engager dans un tel combat, mal équipée, alors que son aventure prestigieuse la destinait à investir l’Allemagne.

Les cadres de la division sont amers et accusent le général De Lattre de Tassigny de s’être débarrassé d’eux à bon compte tout comme la 2ème DB envoyée soumettre la poche de Royan. Le fringant général leur reprochait d’être d’origine F.F.L.
 Cela dit le 10 avril les Français passent à l’offensive. Il est quatre heures du matin, nos soldats sont en tenue allégée, musette contenant un chandail, leurs munitions, les boîtes de ration « K ». Le pire de tout ce sont les chaussures à semelles de caoutchouc lisse inadaptées à la montagne.

Vont suivre jusqu’au 26 avril une succession de combats souvent meurtriers où nos marins vont se distinguer. A l’initiative du capitaine de corvette Roger Barberot nous avons déployé dans cette « montagne à vaches » de petits chars américains « Stuart » dont l’efficacité ne sera pas à démontrer.

Malheureusement pour nous après tant de sacrifices, le 29 avril la route de Turin nous était fermée par les alliés qui eux entrèrent en vainqueur dans la capitale du Piémont. La D.F.L. ne quitta pas la France. Quant à Tende et la Brigue dont la population plébiscitait un rattachement à la France elle dut encore attendre deux ans.

Concernant nos marins, un monument a été érigé par la F.A.M.M.A.C en 1962 sur la commune de Breil-sur-Roya.