lettre éditoriale des mois d’avril et mai 2021

Ce mois d’avril, comme dit le dicton, ne te découvre pas d’un fil, effectivement nous avons tous subi le froid et surtout ce vent incessant, mettant à mal nos extrémités, malgré nos inefficaces gants scintillants blancs.

Peu de cérémonie en ce mois

Le samedi 24 Avril nous étions dès le matin pour beaucoup d’entre nous à la cérémonie du génocide Arménien, également le soir nous participions, aux monuments aux morts de nos villes et villages, à la veillée en mémoire des déportés, internés.

Le dimanche 25 avril nous avons rejoint nos amis Porte-drapeaux et anciens combattants et familles de déportés aux monuments aux morts, notre président Jean Claude Morel, fils, petit-fils de déportés, internés résistants morts pour la France accompagné de notre Porte-drapeau National, Monsieur Hugues Aillaud, à déposer une gerbe place du Souvenir à Saint Raphaël au nom de notre Union Nationale ainsi qu’a celui de la Confédération Européenne des Anciens Combattants et militaires, France et Europe.

Joli mois de mai parfumé au Muguet, Voici les bouquets que nous vous offrons avec respect pour toutes vos actions de Porte-drapeaux au service de la France.

Malgré la Covid-19, nos masques et le couvre-feu nous avons eu la possibilité de participer le 8 mai au 76eme anniversaire de la Victoire des Alliés ainsi qu’aux quelques cérémonies en comité restreint et ce malgré une pluie persistante dans beaucoup de départements, nous étions tous pour ainsi dire des Bretons et ne dites pas qu’en Bretagne il ne pleut jamais ! Quel dommage que les bottes soient interdites. Une astuce, une fois rentré chez vous, séchez votre drapeau entre deux dossiers de chaises, pour le reste douche obligatoire, vous pouvez, une fois le costume sec, passer le fer à repasser, cela est très satisfaisant de le faire soit même afin d’obtenir des plis impeccables, (courage).

Comme chaque mois ayons un moment de recueillement afin d’avoir une pensée pour tous ceux qui nous ont quittés, ceux qui souffres, ceux qui sauvent des vies et tous nos soldats en mission partout dans le monde, rendons-leur un hommage mérité.

Hélas les tristes nouvelles de nos camarades sont encore venues nous toucher, notre ami de Lorgues (83 Var) monsieur Marius Couturier âgé de 92 ans, Porte-drapeau adhérent de notre Union Nationale, ancien d’Indochine nous a quitté en ce début de mois, avec l’accord de sa famille nous avons assisté à ses obsèques au funérarium de Vidauban (Var).

Vous pouvez constater sur les photos ci-dessous que le drap bleu, blanc, rouge a été posé sur son cercueil et que son petit-fils porte avec respect le coussin ou sont présentées ses médailles bravement méritées.

Un peu d’humour :

Dès le jeudi 13 mai, les membres du bureau, assistés de deux amis Paras, étaient sur le terrain de notre Président afin de mettre en place des barnums, tables et fauteuils, sonorisation, etc., en prévision de notre Conseil d’Admiration et de notre Assemblée Générale du dimanche 16 Mai 2021.

Nous vous présentons le procès-verbal 2019-2020 de notre A.G.

Process Verbal Assemblée Générale U.N.P.D.F. 2021


Appel du Président :

J’invite tous les présidents d’associations d’anciens combattants, anciens militaires, quels qu’ils soient, tous les porte-drapeaux qui servent dignement la France, ceux qui ont servi la France, ceux des Ambassades, des Consulats, tous ceux et celles qui aiment et qui respectent notre Pays, tous ceux qui dans leur cœur sont patriotiques sans faire de religion ni de politique à nous rejoindre pour faire respecter l’honneur, les valeurs, la discipline de notre Patrie. Soyez fier et gardez tête haute car vous êtes l’esprit de notre Nation, de votre Nation. Respects, respects à tous.

Pour votre information :

Vous pouvez nous aider en faisant un don de soutien, en retour nous vous fournirons un reçu de don (CERFA) pour déclaration au service des impôts. .

Veuillez envoyer votre courrier à notre siège social. Joignez le numéro de votre paiement dans votre correspondance. A la réception de votre paiement, nous vous ferons parvenir votre (ou vos) commande(s). Dans le cas d’un virement bancaire, demandez nous un IBAN.

Nous vous invitons toutes et tous à nous rejoindre en adhérent tout simplement à l’U.N.P.D.F. (cliquer sur le lien)

Les membres du bureau et du Conseil d’Administration vous adresse leurs fraternelles salutations et vous souhaite un bon mois de juin. Nous vous convions à nous suivre à nouveau lors de la prochaine lettre éditoriale, en attendant continuez de prendre soin de vous.

La chronique historique « signée Donec » : Encore la perfide Albion

Nous sommes au début du mois de juillet 1940, la France a signé avec l’Allemagne un armistice le 22 juin, et c’est seulement le 10 juillet que les pleins pouvoirs seront accordés au Maréchal Pétain. Il règne dans les sphères gouvernementales françaises une pagaille d’interrègne.

La France vieillissante de 1939 a mis les pouces à la grande satisfaction de certains. Cependant l’armistice signé le 22 juin a rendu les Anglais fous de rage car ils vont devoir, seuls, résister au terrible choc des divisions nazies et se préparer à un éventuel débarquement. Pour eux qui voyaient l’armée française comme la meilleure du monde la déconvenue est terrible.
Churchill est consterné par l’armistice. Il en éprouve un immense chagrin et ne prendra aucun risque avec la flotte française dont l’appropriation par les Allemands aurait de terribles conséquences ; Il est certain que cet évènement aura lieu tôt ou tard.

Il a un long entretien avec le roi et la reine. Le souverain note à l’issue de la rencontre : « Il est furieux contre la France. Pourquoi devrions-nous lui faire des politesses après sa conduite envers nous ? Elle est revenue sur sa parole et sur son alliance, et sa flotte est dispersée un peu partout. Nous nous retrouvons seuls au monde, à attendre ».

Au soir du 1er juillet, après une entrevue Lord Beaverbrook écrira :

  • Ce n’est qu’à 2 heures du matin que Churchill prit sa décision. Il fallait qu’il la prenne tout seul. Il ne pouvait chercher aucun soutien – et n’en chercha pas [ … ] Juste après l’avoir prise, il quitta la salle du Conseil pour aller dans le jardin du 10 Downing Street. Il arpentait la pelouse, tandis que soufflait une forte brise – Une très forte brise. La nuit était noire. Il n’y avait de lumière nulle part mais il arpentait la pelouse de long en large parce qu’il en connaissait la moindre aspérité [ … ] Il était incroyablement perturbé et il ne reprit ses esprits qu’au bout de quelques minutes d’un vigoureux exercice.

Ce sera l’opération « Catapult ».

Le 2 juillet le premier ministre télégraphie a L’amiral Sommerville

  • Vous êtes chargé de l’une des tâches les plus désagréables et les plus difficiles auxquelles un amiral britannique ait jamais été confronté, mais nous avons entière confiance en vous et nous comptons sur vous pour l’exécuter sans faiblir.

Par la suite il qualifiera son ordre de couler la flotte française à Mers el Kébir et d’arraisonner les navires français à Portsmouth de décision odieuse, la plus contre nature et la plus douloureuse qui ne lui soit jamais échue.

Naturellement nous nous souvenons aussi que l’amiral Gensoul était libre d’éviter l’affrontement en se sabordant, en appareillant pour les Antilles, en rejoignant les Etats-Unis ou en venant se battre aux cotés des Britanniques.

Plutôt que de prendre une décision ferme il va faire traîner les négociations en longueur n’imaginant pas, contrairement à son chef d’état-major que les Anglais puissent attaquer. Si Darlan ne peut être joint l’amiral Luc transmet en clair l’ordre aux bâtiments de guerre français de se porter au secours de l’escadre de Mers El Kébir. En revanche, l’amiral Godfroy et sa force X au mouillage à Alexandrie parvient à sauvegarder sa flotte, Gensoul manque son rendez-vous avec l’Histoire.

Pour conclure Churchill le 4 juillet présente l’opération « Catapult » aux Communes. Il explique le « sinistre devoir » qu’il s’était senti obligé d’exécuter. Sa fille écrira : » Cela à été un jour très triste pour Papa. Sa déclaration a été triste et sombre, mais pleine de résolution et d’encouragement. Il a exposé la situation et l’action du gouvernement devant une chambre lugubre, attentive et pleine à craquer ». A l’issue du discours Winston se rassoit les larmes lui coulant sur les joues.

Lettre éditoriale des mois de février et mars 2021

Depuis plusieurs mois, combien parmi nous, chers amis, avons souhaité et pu être protégé de cette pandémie ? Bien sur d’autres personnes doutent et ne souhaitent pas être vacciné, ils attendent d’en constater les effets. Lorsqu’autrefois nous étions appelés au service militaire nous étions tous vaccinés, il ne manquait alors aucune dose de T.A.B.D.T (Typhoïde A et B, diphtérie, tétanos) et bon nombre d’entre nous en subissaient les effets secondaires durant plusieurs jours.

Pensons aussi à tous ceux victimes des maladies en des lieux lointains sans possibilité de retrouver leurs proches, leur terre natale.

Continuons de nous soutenir mutuellement dans cette période de confinement et couvre-feu.

Voici le mois d’avril accompagné de ses multiples restrictions (sociales et de mobilités).

Malgré tout, comme à chaque fois, chers adhérents et lecteurs, prenons le temps de tourner nos pensées vers tous ceux venant de nous quitter, ceux en soins intensifs et remercions ceux fournissant un travail extraordinaire au quotidien (Infirmières, pompiers, etc.). Prenez soins de vous et protégez vos familles, souhaitons que nos vies redeviennent saines et plus agréables.

Un peu d’humour :

Ces mois de février et mars, quelques porte-drapeaux conviés par leur mairie ont participer aux cérémonies restreintes mémorielles du 19 mars 1962,  d’autres aux funérailles de nos camarades et amis, nous ne pouvons citer tous les noms au risque d’en oublier, croyez bien que cela nous met tous dans une grande tristesse, nous ne manquerons pas, quand les beaux jours seront revenus, d’organiser une journée de recueillement sur le terrain de notre président, ensemble nous lèverons les couleurs et déposerons une gerbe au pied de notre stèle en mémoire de tous les disparus.

Nous vous informons également que l’Assemblée Générale aura lieu le dimanche 16 mai 2021 au Muy (Var 83), puissions-nous nous retrouver ce même jour. Chers adhérents nous comptons sur votre présence, pensez à vos masques :  Commander le vôtre via notre vitrine U.N.P.D.F.

Téléchargez la convocation à l’Assemblée Générale ainsi que les pouvoirs en cliquant sur l’image ci-dessous :

Chers amis Porte-drapeaux, nous vous demandons ou que vous soyez en France et dans les DOM-TOM de prévoir ce moment de recueillement le 16 Mai 2021 à 11 heures devant les stèles et monuments aux morts de vos communes, il n’a jamais été interdit de se recueillir personnellement ou entre vous, cela fait partie du devoir de mémoire, par respect prévenez les autorités civiles et militaires et présidents d’associations.

Pour votre information :

Vous pouvez nous aider en faisant un don de soutien, en retour nous vous fournirons un reçu de don (CERFA) pour déclaration au service des impôts. .

Veuillez envoyer votre courrier à notre siège social. Joignez le numéro de votre paiement dans votre correspondance. A la réception de votre paiement, nous vous ferons parvenir votre (ou vos) commande(s). Dans le cas d’un virement bancaire, demandez nous un IBAN.

Nous vous invitons toutes et tous à nous rejoindre en adhérent tout simplement à l’U.N.P.D.F. (cliquer sur le lien)

Les membres du bureau et du Conseil d’Administration vous adresse leurs fraternelles salutations et vous souhaite un bon mois d’Avril. Nous vous convions à nous suivre à nouveau lors de la prochaine lettre éditoriale, en attendant continuez de prendre soin de vous.

La Chronique historique « signée Donec » : Une fille de grenadier à cheval

Je suis fasciné par les femmes d’exception qui tournent le dos à ce que la société attend d’elles pour accomplir une destinée hors du commun. J’ai dans mon havresac quelques héroïnes de cet acabit dont certaines ont très mal fini comme Violette Morris dite « La hyène de la Gestap ».

 L’héroïne qui nous intéresse aujourd’hui prend à contre-pied le mot de l’ineffable Simone de Beauvoir : « on ne naît pas fille on le devient ». Le papa de Marie-Antoinette Lix était grenadier à cheval. Sa mère mourut quand elle avait quatre ans, son père, nostalgique de la vie militaire lui donne une éducation virile. A elle l’escrime et le maniement des armes. A dix ans elle ne sait malgré tout ni lire ni écrire. La voilà donc chez les religieuses de la « Divine Providence » à Ribeauvillé où mettant les bouchées doubles elle obtient à dix-sept ans son brevet libre d’institutrice.

Elle devient alors préceptrice des enfants d’une grande famille polonaise, les Lubianski. Elle s’installe à Szycz et en profite pour apprendre le polonais, l’anglais et l’allemand. En 1863 éclate l’insurrection contre les Russes. Elle s’y engage avec passion et devient une légende pour les insurgés polonais. Elle est de tous les combats sans que ses hommes ne soient au courant de la vraie nature de leur lieutenant. Arrêtée par le général Czengiery, elle est raccompagnée manu militari à la frontière. Sa qualité de Français lui permet et d’échapper au dada du général : la pendaison.

Elle retrouve sa chère Alsace mais pas pour longtemps. En 1866, après avoir suivi des cours d’infirmière la voilà partie à Lille où sévit une épidémie de choléra. Elle prend sa mission tellement à cœur que l’empereur Napoléon III ayant eu vent de son engagement lui donne la direction du bureau de poste de Lamarche dans les Vosges.

Mais la défaite de 1870 va changer sa vie. Très vite apparaissent des francs-tireurs : les « éclaireurs des Ardennes », les « Chasseurs de l’Argonne », les « Montagnards de Revins », les « Corps Francs des Vosges ». Tout ce beau monde talonne les troupes prussiennes et leur tend des embuscades. Inutile de dire que Marie Antoinette qui s’est engagée dans l’aventure est à son affaire. Le général Arbellot, impressionné par la conduite au feu de cette infirmière lors de la bataille de Nompatelize-Bourgonce la cite à l’ordre du jour. Malheureusement sa santé est défaillante. Elle se retire de l’unité combattante pour se consacrer au soin des blessés hospitalisés à Lamarche.

Vers 1880 elle se fixe à Paris et se consacre à des travaux littéraires. Elle publie alors « Le neveu de la Chanoinesse », « Tout pour la Patrie », « Jeunes brutions et vieux grognards » ouvrages marqués au sceau du patriotisme et de la foi.

En 1889 elle se retire chez les religieuses de Saint Nicolas de Port à côté de Nancy, où elle s’éteint à l’âge de 70 ans.

Lettre éditorial des mois de décembre 2020 et janvier 2021

L’union Nationale des Porte-drapeaux de France vous présente ses meilleurs vœux pour 2021.

Nous tenons à vous remercier pour la confiance que vous nous accordez et nous vous souhaitons une très belle année 2021, remplie d’espoir, de joie et de succès.

Par ces quelques phrases nous venons comme chaque mois vous apporter notre soutien moral, car nous avons tous vécu des moments difficiles au cours de l’année 2020. Nous espérons que 2021 soit une année plus clémente et bien meilleure pour tous.

Grâce à nos entretiens téléphonique avec certains d’entre vous, nous avons retenu que vous avez traversé des périodes de guerre et de privations autrement plus difficile. Alors, gardons le moral, 2021 ne pourra pas être pire et nous aurons, nous pensons, la joie de pouvoir nous réunir à nouveau et de nous rendre visite sans entrave !

Nous partageons avec vous un moment de tristesse et d’émotion et pensons à nos soldats tués au Mali, nous y ajoutons nos trois gendarmes morts en service commandés, un prompt rétablissement à celui gravement blessé et dont ses jours ne sont plus en danger.

L’U.N.P.D.F. fonctionne au ralenti, nous publions sur notre site régulièrement des informations, nous remercions tous nos lecteurs cosmopolites, toutes les associations et tous nos adhérents les plus fidèles.

Nous vous serions reconnaissant de nous faire part de vos remarques, suite à la Covid-19 car tout est chamboulé !

Nous avons hâte d’avoir enfin le plaisir de nous revoir et d’œuvrer ensemble afin de remettre en marche nos activités mémorielles et patriotiques.

Un peu d’humour :

Le 5 décembre nous avons respecté le devoir de mémoire en comité restreint partout en France en participant à la journée d’hommage aux « morts pour la France » pendant la guerre d’Algérie et les combats du Maroc et de la Tunisie.

Vie Du Bureau :

Nous essayons de téléphoner aux adhérents, nous faisons le maximum, en tenant compte des âges et des situations connues, avec toujours des soucis pour certains numéros de téléphone non attribués et des changements d’adresses non signalés. N’hésitez donc pas à nous faire connaître vos coordonnées car chaque année celles-ci sont mises à jour par notre secrétaire monsieur Laurent BRUNO et son adjointe récemment nommée, madame Jessica PLESSARD, ainsi que par chaque Vice-président.

Nous vous informons suite au décès de feu monsieur le président CABERO Georges, que notre Président Jean Claude MOREL a été élu officiellement : Président de l’Association Européenne des Anciens Combattants Français, déclaré en Sous-préfecture de Draguignan (Var 83) sous le N° W831011642 (voir dans rédacteur créateur, anciennement C.E.A.C. France : Confédération Européenne des Anciens Combattants France). Si vous êtes titulaire de la carte du Combattant et ou du TRN vous pouvez à nouveau obtenir la médaille Croix de l’Europe et son diplôme en vous adressant à notre siège social U.N.P.D.F., notre président décernera cette médaille et son diplôme suite a validation de votre dossier.

Si vous êtes adhérent U.N.P.D.F, nous vous prions d’adresser directement votre cotisation à notre siège social, pensez que votre carte d’adhérent vous a été remise à vie, vous vous devez vis-à-vis de vos camarades de régler votre cotisation chaque début d’année.

Nous vous informons également que l’Assemblée Générale n’ayant pas pu avoir lieu en 2019 et 2020, nous proposons que cette année elle ait lieu en comité restreint (Résolution due à la Covid-19).

Soyons confiants notre gestion financière est saine et bien tenue par notre Oncle Picsou monsieur Marc NINO notre Trésorier National.

Appel du Président :

J’invite tous les présidents d’associations d’anciens combattants, anciens militaires, quels qu’ils soient, tous les porte-drapeaux qui servent dignement la France, ceux qui ont servi la France, ceux des Ambassades, des Consulats, tous ceux et celles qui aiment et qui respectent notre Pays, tous ceux qui dans leur cœur sont patriotiques sans faire de religion ni de politique à nous rejoindre pour faire respecter l’honneur, les valeurs, la discipline de notre Patrie. Soyez fier et gardez tête haute car vous êtes l’esprit de notre Nation, de votre Nation. Respects, respects à tous.

Pour votre information :

Dans quelques jours nos Vice-présidents départementaux feront appel à cotisation auprès de vous, nous vous prions humblement d’y répondre favorablement, en 2021 votre contribution reste inchangée à 20 €.

Vous pouvez nous aider en faisant un don de soutien, en retour nous vous fournirons un reçu de don (CERFA) pour déclaration au service des impôts. .

Veuillez envoyer votre courrier à notre siège social. Joignez le numéro de votre paiement dans votre correspondance. A la réception de votre paiement, nous vous ferons parvenir votre (ou vos) commande(s). Dans le cas d’un virement bancaire, demandez nous un IBAN.

Nous vous invitons toutes et tous à nous rejoindre en adhérent tout simplement à l’U.N.P.D.F. (cliquer sur le lien)

Nous remercions monsieur Pierre BOBLET conseiller du président, Vice-président de la Corrèze pour sa participation à la rédaction ce cette lettre éditoriale.

Les membres du bureau et du Conseil d’Administration vous adresse leurs fraternelles salutations et vous souhaite un bon mois de février. Nous vous convions à nous suivre à nouveau lors de la prochaine lettre éditoriale, en attendant continuez de prendre soin de vous.