Article 11

TENUES PRESCRITES OU CONSEILLEES LORS DES CEREMONIES

11.1. Généralités

Les amicalistes peuvent assister aux diverses Cérémonies en uniforme ou en civil.

Lorsqu’ils ne sont pas marins en activité de service, ils doivent, s’ils souhaitent y assister en uniforme, demander à l’autorité militaire ou maritime locale l’autorisation de le porter. Cette prescription est souvent perdue de vue.

Par mesure de simplification, le président de l’association concernée adresse à l’autorité militaire (le plus souvent au délégué militaire départemental) une demande collective de port de l’uniforme.

11.2. Tenues prescrites aux amicalistes en uniforme

Nature de la tenue Composition Amicaliste assistant à une cérémonie Amicaliste récipiendaire lors d’une remise de décorations Amicaliste porte-drapeau
N°1 (sur ordre)
manteau, aucun insigne de décoration,
arme blanche (sabre ou épée), gants
blancs
X

X

(sans arme blanche)

N°2
bleu complet, insignes complets de
décorations, arme blanche (sabre ou
épée), gants blancs

X

(aucun insigne de décoration)

X

(sans arme blanche)

N° 1 bis (sur ordre)
manteau, pas de barrettes de décorations.
Insignes complets de décorations à partir
de commandeur des ordres nationaux,
gants blancs
X
N° 2 bis
bleu complet, barrettes de décorations.
Insignes complets de décorations à partir
du grade de commandeur des ordres
nationaux, gants blancs
X

11.3. Tenue conseillée aux amicalistes en civil

Le port d’un blazer bleu marine sur lequel figure un écusson ou autre insigne distinctif de l’association ou de la Fédération, est conseillé.

Les insignes de décorations, qui se portent sur le revers gauche de la veste sont ceux de format réduit.

11.4. Tenue des porte-drapeaux

La tenue des porte-drapeaux doit être particulièrement soignée et comporter : veste, chemise claire, cravate sombre (bleue ou noire), souliers noirs, coiffure (casquette ou béret basque) et gants blancs.

Lorsque les porte-drapeaux sont officier ou officier marinier, ils revêtent de préférence leur uniforme (voir le sous paragraphe 11.2. Ci-dessous).

Le porte-drapeau porte le baudrier par dessus l’épaule droite, afin, le cas échéant, de ne pas recouvrir ses décorations qu’il arbore sur le côte gauche de la veste (voir photo).

A pied, il tient le drapeau légèrement incliné vers l’avant, le bras droit plié, le coude droit au contact du corps.

En position de repos, le porte-drapeau tient le drapeau vertical, le talon de la hampe posé à terre à la pointe de son pied droit.

Dans tous les cas de figure où le drapeau doit être incliné (sonnerie aux morts, etc.), le porte-drapeau incline le drapeau devant lui, en sortant la hampe du sautoir (baudrier), main droite en avant main gauche en arrière, pour les gauchers l’inverse. En été lors de fortes chaleurs la chemisette épaulettes est autorisée.

Laisser un commentaire

Choisissez une méthode de connexion pour poster votre commentaire:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.